le patrimoine architectural

Un château devenu musée

Les origines

Construit pour assurer la défense de la ville, le château fut bâti sur le rebord de la falaise ouest dominant la ville d'une trentaine de mètres. Jusqu'en 1789, il sera le siège du pouvoir royal, représenté par le gouverneur/capitaine qui aura le commandement de la garnison chargée de défendre la ville.

L'origine du Château de Dieppe divise cependant les historiens. D'après les textes, il fut certainement construit sur les vestiges d'un château sommaire édifié par Henri II Plantagenêt et Richard Cœur de Lion, puis détruit par Philippe Auguste en 1195.

chateau-depuis-St-remy.jpg

Ce qui est certain aujourd'hui, c'est que la trace la plus ancienne est constituée par la tour ouest (donjon), dont l'origine formelle a été située au XIVème siècle, vers 1360,  lorsque l'on construit une enceinte fortifiée autour de la ville, menacée par les Flamands alliés aux Anglais.

L'occupation Anglaise le fortifie

En 1435, après avoir délivré la ville de l'occupation anglaise, le capitaine Charles Desmarets obtint l'autorisation d'agrandir la place. Trois autres tours sont construites tandis qu'une tour carrée munie d'un pont levis est édifiée pour protéger l'entrée au sud-ouest. L'ensemble sera également relié à l'enceinte urbaine.
Chaque époque apporta ensuite des modifications ou des restaurations.

Dans la première moitié du XVIème siècle, une campagne de renforcement défensif est mise en œuvre pour répondre au progrès de l'artillerie. Une barbacane de plan en fer à cheval est construite pour défendre la façade d'entrée du château (sud-est), ainsi qu'une nouvelle tour détachée au pied du château et reliée à l'enceinte urbaine (vers le square du Canada). A la fin du XVIème siècle, une tour carrée est édifiée au sud tandis que l'enceinte est prolongée dans la même direction, pour intégrer la tour Saint Rémy de l'église désaffectée puis, du côté ville afin de créer une grande terrasse au sud-est, devenant basse-cour.

chateau.jpgConstruit au départ comme une forteresse destinée à résister aux assauts d'un ennemi rapproché, le château évolua au XVIIème siècle vers un autre rôle : celui de résidence et de caserne. De larges et hautes fenêtres sont alors percées, des toitures en poivrières couvrent les terrasses des tours et courtines et des aménagements résidentiels sont effectués pour les gouverneurs et leurs hôtes de marque. La cour où se trouve l'entrée du musée acquiert à l'époque une fonction d'apparat. Une caserne pour loger les troupes est édifiée en 1630 contre la muraille sud-ouest, à l'emplacement de l'actuelle salle d'exposition temporaire du musée.

Prison révolutionnaire

La Révolution française aurait pu ensuite nous priver de ce prestigieux vestige, s'il n'avait pas été transformé en geôle pour y enfermer les contre-révolutionnaires. En 1829, Dieppe fut déclassée comme place de guerre, à l'exception du château. En 1906, la Ville racheta l'édifice à l'Etat. Classé Monument Historique en 1904, il redevint place militaire pendant la première Guerre Mondiale.

Devenu Musée

1-castle.jpgEn 1923, on y transféra le musée municipal, créé en 1897. Il devint alors le Château-Musée (MSM1). Le projet initial était de constituer un musée des beaux arts destiné aux ivoiriers dieppois et aux résidents en villégiature. En 1930, la statue de Vauquelin, réalisée par le sculpteur dieppois Eugène Bénet fut placée sur l'esplanade nord, face à la mer.

Enfin pendant la seconde Guerre Mondiale, lors de la construction du mur de l'Atlantique, le château servit de nouveau de place-forte : le système défensif fut alors constitué de murs et de blockhaus, venus renforcer les murailles et enceintes du château.
Le château abrite ainsi depuis 1923 une des plus riches collections d'objets et sculptures en ivoire de France.

A lire également...