au fil de l'histoire

Dieppe et le Canada

Nova Francia, quand Dieppe écrivait l'histoire du Canada

L’histoire de Dieppe et du Canada sont liées depuis bien longtemps. Il y a plus de cinq siècles, en 1508, l’armateur Jehan Ango père envoie Thomas Aubert explorer les rivages de Terre-Neuve ou les dieppois pêchent déjà la morue. Quelques années plus tard, en 1524 Giovanni Verrazano à bord de "La Dauphine", découvre et longe les côtes du Canada, qu'il dénomme Nouvelle France (Nova Francia). Il parvient à même à s’engager dans l’embouchure de l’Hudson (aujourd’hui New-York) Dès lors les expéditions n’arrêteront pas.

Nouvelle France

champlain.jpgEn 1604, le "bon Roi" Henri IV nomme Aymar de Chastes, alors gouverneur de Dieppe, premier vice-roi de la Nouvelle France. Mais celui-ci meurt au cours du voyage vers la terre promise en ayant néanmoins confié à Samuel Champlain le soin de conduire une nouvelle expédition. Ce grand voyageur, parvient à remonter le fleuve St Laurent et fonde Québec en 1608. Contre vents et marées, il persuade Henri IV de fonder une colonie au Canada.

En 1617, Louis Hébert embarque à Dieppe avec sa famille pour aller s'installer au Canada, ce qui lui vaudra le titre de "Père du Canada". Finalement, durant tout le XVIIe siècle, des Dieppois souvent des protestants (qu’on appelait alors des huguenots) chassés par la révocation de l’édit de Nantes vont quitter leur ville pour aller s'établir au Québec. Parmi eux figurent Charles Le Moyne et ses enfants. Ce dernier servit d’interprete auprès des indiens Iroquois et fut l’un des premiers chefs militaires de Montréal.

Entre 1759 et 1763, les colons français, outre la rigueur du climat, la disette et les combats avec les indiens, doivent faire face à un nouveau péril : l’Angleterre. Un des plus mémorables combats navals de notre histoire se déroule en rade de Québec et de Louisbourg. Le lieutenant de vaisseau dieppois, Jean Vauquelin, mène le combat à bord de l’Atalante du 16 au 18 mai 1760. Mais son héroïsme reste vain, le Québec capitule. Les “Dieppois“ deviennent britanniques contre leur gré lors du traité du 17 février 1763. Ils instaurent une résistance baptisée “la revanche des berceaux”. Chaque famille met au monde entre quinze et vingt enfants qui “gazouilleront“ en français. C’est à compter de cette période que les relations entre la France et le Canada s’estompent mais l’esprit normand demeure.

L'opération Jubilee et la Libération

liberation-1944.jpgL’histoire ne s’arrêtera pas là, elle reprendra brutalement, le 19 août 1942, lorsqu’une une division canadienne débarque sur les plages de la ville. Cinq heures de combat plus tard, 913 soldats canadiens sont tués, 600 blessés et 1 700 faits prisonniers. Le destin de Dieppe et du Canada est une nouvelle fois lié de façon indélébile et sanglante. Ce sera cette même division canadienne qui libèrera Dieppe le 1er septembre 1944.

En 1952, une ville nouvelle du Nouveau Brunswick, au Canada, est baptisée Dieppe.

A lire également...